Civfr.com : Civilization - Ligue Francophone Civfr.com Classement forums de discussion Inscription R?gles de la ligueQuestions les plus fr?quemment pos?es Skin num?ro 2 Civfr.com Questions les plus fr?quemment pos?es Outils du site
Dernier shout - Écrit par colonel81 - Lundi, 02 Octobre 2017 10:34 - [Le style SMS est interdit dans la shoutbox]
Je vous oublie pas mais le week end fut assez
  Civfr.com -> La révolution islandaise
m?moriser la page dans un cookie


Pages : (3) 1 2 [3]   ( Aller vers premier message non lu ) Reply to this topicStart new topicStart Poll

> La révolution islandaise, histoire de savoir que ça existe
Moonstone  Hors ligne
Ecrit le : Jeudi 06 Juin 2013 à 21h14
Quote Post


Marginal sécant



********

Groupe : Membres
Messages : 6 717
Membre n° : 3 066
Inscrit le : 28 Novembre 2005


-



Le hasard fait bien les choses, je viens de tomber sur cette conférence de Pierre Hillard au titre évocateur: La France dans l’étau germano-anglo-saxon. ;)



Je viens à peine de l'entamer, mais connaissant bien l'orateur ce sera du travail de qualité, c'est un homme d'une grande culture et d'une grande précision.


--------------------
« Admettez-le, vous les Français vous vous battez pour l'argent, tandis que nous Anglais nous nous battons pour l'honneur ! »
« Peut-être... Après tout chacun se bat pour gagner ce qui lui manque. »

Surcouf à un capitaine anglais
PMEmail Poster
Top
holocanthe  Hors ligne
Ecrit le : Vendredi 07 Juin 2013 à 2h32
Quote Post


Poisson Pané

Champion du GOTM 2005, Vainqueur GOTM 06/07, 11/07, 08/08, 03/09, 2e du classement glissant GOTM

********

Groupe : Membres
Messages : 14 410
Membre n° : 1 279
Inscrit le : 14 Décembre 2004
-

-



:ko:

Il devrait se reconvertir comme humoriste, des trucs comme "Tonton Adolf", Clovis qui crée "la 1ère entité politique française structurée" :laugh: (quelqu'un pourrait lui rappeller que Clovis est un Germain, ceux qu'il hait tant, comme tous les Francs), les français qui ont été si gentil avec les amérindiens, "derrière le Protestantisme allemand il y a la finance juive" (sans commentaire), "Napoléon est la dernière tentative de la France pour mettre à bas cette hégémonie anglaise et allemande" (quelqu'un peut lui dire que l'Allemagne n'existait pas alors :sifflote: )....

Dire qu'un tel délire raciste plait à certains :arg:


--------------------
Pomacanthidae Euxiphipops Xanthometopon
PMEmail Poster
Top
ParaBellum  Hors ligne
Ecrit le : Vendredi 07 Juin 2013 à 13h34
Quote Post


As de Base



********

Groupe : Membres
Messages : 6 027
Membre n° : 337
Inscrit le : 22 Septembre 2004
-

-



QUOTE (holocanthe @ Vendredi 07 Juin 2013 à 3h32)
Clovis qui crée "la 1ère entité politique française structurée" :laugh: (quelqu'un pourrait lui rappeller que Clovis est un Germain, ceux qu'il hait tant, comme tous les Francs),

QUOTE
"Napoléon est la dernière tentative de la France pour mettre à bas cette hégémonie anglaise et allemande" (quelqu'un peut lui dire que l'Allemagne n'existait pas alors  :sifflote: )....

Marrant de voir que t'es capable de faire le rapprochement entre Germains et Allemands dans un cas mais pas dans l'autre.


J'aurais pas regardé cette vidéo, mais un commentaire méprisant de Holo ça peut vouloir dire qu'elle mérite qu'on s'y intéresse.


--------------------

Les cons gagnent toujours. Ils sont trop.


Nous vivons dans une société de mots. Les mots peuvent vous faire tuer ou vous envoyer en prison. Alors que les actes passent inaperçus.
PMEmail Poster
Top
Inao  Hors ligne
Ecrit le : Vendredi 07 Juin 2013 à 23h43
Quote Post


Fondateur précoce



********

Groupe : Membres
Messages : 5 507
Membre n° : 19
Inscrit le : 03 Avril 2004
-

-



Avant Napoléon, les peuples germains n'étaient pas unifiés en l'Allemagne et ne pouvaient être considérés comme hégémoniques. Il s'agissait d'un ensemble de royaume dont le plus puissant était la Prusse qui tentait régulièrement d'annexer ses voisins germains qui eux tentaient de rester indépendants.
PMEmail Poster
Top
Pendragon  Hors ligne
Ecrit le : Samedi 08 Juin 2013 à 11h57
Quote Post


Le comique de la team Civfr!



********

Groupe : Membres
Messages : 2 973
Membre n° : 8 670
Inscrit le : 11 Novembre 2007
-

-



QUOTE (Inao @ Vendredi 07 Juin 2013 à 23h43)
Avant Napoléon, les peuples germains n'étaient pas unifiés en l'Allemagne et ne pouvaient être considérés comme hégémoniques. Il s'agissait d'un ensemble de royaume dont le plus puissant était la Prusse qui tentait régulièrement d'annexer ses voisins germains qui eux tentaient de rester indépendants.


C'est marrant, dans civilization IV, il y a un truc qui s'appelle le Saint Empire Romain Germanique (aka SERG aka le 1er Reich, dont les empereurs étaient les successeurs de Charlemagne après le traité de Verdun - seule la Francie Occidentale ayant résisté au regroupement).
Et qui regroupait l'Allemagne actuelle, une partie de la Pologne, de la France, de l'Italie (et à une certaine époque, via Charles Quint, la grande Autriche, l'Amérique du sud et l'Espagne).

D'ailleurs une constante depuis François 1er (Pavie, ça vous dit quelque chose ?) en passant par Henry IV puis Louis XIV (guerre de trente ans/traité de Westphalie) puis a abouti avec Napoléon a été : 1/ de séparer l'Espagne et les Pays Bas de cet empire (réalisé par Louis XIV pour l'Espagne et par les Hollandais pour les Pays Bas), 2/ puis d'affaiblir et enfin liquider le SERG (qui n'a pas toujours été un machin impuissant).

***

On s'éloigne vraiment de l'Islande, là :biggrin:


--------------------
Alignement : loyal bon
QUOTE (Pierre Desproges)
Ce n’est pas parce que je suis paranoïaque qu’ils ne sont pas tous après moi.
PMEmail Poster
Top
Inao  Hors ligne
Ecrit le : Samedi 08 Juin 2013 à 18h30
Quote Post


Fondateur précoce



********

Groupe : Membres
Messages : 5 507
Membre n° : 19
Inscrit le : 03 Avril 2004
-

-



La Prusse ne se soumettait plus à l'autorité de l'empereur depuis le milieu du XVIIIème.
PMEmail Poster
Top
Pendragon  Hors ligne
Ecrit le : Dimanche 09 Juin 2013 à 11h15
Quote Post


Le comique de la team Civfr!



********

Groupe : Membres
Messages : 2 973
Membre n° : 8 670
Inscrit le : 11 Novembre 2007
-

-



QUOTE (Inao @ Samedi 08 Juin 2013 à 18h30)
La Prusse ne se soumettait plus à l'autorité de l'empereur depuis le milieu du XVIIIème.

Je ne te dis pas le contraire ;)

Je dis que le fait qu'à l'époque de Napoléon, le SERG ne fut plus qu'une coquille vide ne devait rien au hasard, mais bien à un des constantes de la politique étrangère de la France.

Bref, oui, historiquement, la France a toujours lutté pour élargir et sécuriser ses frontières, d'une part, et pour prétendre à l'hégémonie (ou version plus soft : "à la première place dans le concert des nations") contre ses seuls rivaux qu'étaient le SERG (gagné) puis l'Empire d'Autriche (partiellement gagné, par le mariage de Napoléon), l'Espagne (gagné grâce à Louis XIV qui place un de ses petits fils), l'Angleterre (perdu). Le cas de la Russie est un peu à part, du fait de son éloignement, de son immensité et de son retard de développement.

Sans mésestimer son poids notamment militaire et régional, la Prusse n'a réellement commencé à exister comme acteur de tout premier plan qu'à l'issue des guerre Napoléonienne, lorsqu'elle a acquis la Westphalie et la Rhénanie, régions particulièrement riches (mines), puis au cours du XIXème siècle par une politique interne qui la conduit à dominer les autres états allemands, quelques guerres rondement menées (Danemark/Autriche) jusqu'au point d'orgue du deuxième Reich suite à la défaite française de Sedan.

***

Soit dit en passant, la France ne luttait pas contre une "hégémonie anglaise et allemande" mais plutôt pour essayer d'établir la sienne, surtout à l'époque de Napoléon. :sifflote:


--------------------
Alignement : loyal bon
QUOTE (Pierre Desproges)
Ce n’est pas parce que je suis paranoïaque qu’ils ne sont pas tous après moi.
PMEmail Poster
Top
Fingolfin  Hors ligne
Ecrit le : Dimanche 09 Juin 2013 à 15h30
Quote Post


Opérateur des profondeurs



********

Groupe : Membres
Messages : 9 308
Membre n° : 2 946
Inscrit le : 21 Novembre 2005
-

-



Ce qui n'empêchait nullement les voisins d'en faire autant, chacun jugeant que le meilleur moyen d'empêcher la domination des autres était d'établir la sienne :closedeyes:

:fleche:


--------------------
Je ne parviens plus à séparer dans mon esprit la sotte confiance dans la providence historique ou théologique de la vanité de celui qui croit être le centre du monde et que tout arrive sur un signe de lui. J'apprécie et je respecte en revanche celui qui agit bien sans demander aucune garantie que le monde s'améliore et sans attendre, je ne dis pas des récompenses, mais même des confirmations. Seul le bon pessimiste se trouve en condition d'agir d'un esprit libre, d'une volonté ferme, d'un sentiment d'humilité et de plein dévouement à sa tâche. Norberto Bobbio
PMEmail PosterMSN
Top
KiffeLesBiffles  Hors ligne
Ecrit le : Mercredi 12 Juin 2013 à 9h37
Quote Post


Le Magnifique

Vainqueur tournoi Civ5 duel n°1

********

Groupe : Laborantin
Messages : 1 531
Membre n° : 12 281
Inscrit le : 22 Avril 2011


Pratique : Multi Civ5



C'est un pote d Alain soral, les grand esprit se rencontrent...
Il est quand meme tres fort : "les alliés étaient d accord pour que Hitler dirige l Europe".... :arg:

Je ne vois vraiment pas le point de vivre dans ce rêve nationaliste. À ce petit jeu la et en tant que breton, pourquoi je ne me battrai pas contre l'envahisseur franc qui oppresseur mon peuple depuis des siècles ? J'invite les savoyards, les corses, les alsaciens et les basques à faire de même.



--------------------
"L'argent c'est bon. Et tout ceux qui disent le contraire sont pauvres, et c'est bien fait !"

Sa Sainteté Raél
PMEmail Poster
Top
Fingolfin  Hors ligne
Ecrit le : Mercredi 12 Juin 2013 à 12h37
Quote Post


Opérateur des profondeurs



********

Groupe : Membres
Messages : 9 308
Membre n° : 2 946
Inscrit le : 21 Novembre 2005
-

-



Personnellement, ça fait longtemps que j'ai arrêté de tenter de trier l'éventuel bon grain de l'ivraie chez Soral et E&R, c'est une perte de temps :baille:

:fleche:


--------------------
Je ne parviens plus à séparer dans mon esprit la sotte confiance dans la providence historique ou théologique de la vanité de celui qui croit être le centre du monde et que tout arrive sur un signe de lui. J'apprécie et je respecte en revanche celui qui agit bien sans demander aucune garantie que le monde s'améliore et sans attendre, je ne dis pas des récompenses, mais même des confirmations. Seul le bon pessimiste se trouve en condition d'agir d'un esprit libre, d'une volonté ferme, d'un sentiment d'humilité et de plein dévouement à sa tâche. Norberto Bobbio
PMEmail PosterMSN
Top
Fingolfin  Hors ligne
Ecrit le : Jeudi 13 Juin 2013 à 19h37
Quote Post


Opérateur des profondeurs



********

Groupe : Membres
Messages : 9 308
Membre n° : 2 946
Inscrit le : 21 Novembre 2005
-

-



QUOTE (Ernest Renan)
Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n'en font qu'une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L'une est dans le passé, l'autre dans le présent. L'une est la possession en commun d'un riche legs de souvenirs ; l'autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l'héritage qu'on a reçu indivis. L'homme, Messieurs, ne s'improvise pas. La nation, comme l'individu, est l'aboutissant d'un long passé d'efforts, de sacrifices et de dévouements. Le culte des ancêtres est de tous le plus légitime ; les ancêtres nous ont faits ce que nous sommes. Un passé héroïque, des grands hommes, de la gloire (j'entends de la véritable), voilà le capital social sur lequel on assied une idée nationale. Avoir des gloires communes dans la passé, une volonté commune dans le présent ; avoir fait de grandes choses ensemble, vouloir en faire encore, voilà les conditions essentielles pour être un peuple. On aime en proportion des sacrifices qu'on a consentis, des maux qu'on a soufferts. On aime la maison qu'on a bâtie et qu'on transmet. Le chant spartiate : «Nous sommes ce que vous fûtes ; nous serons ce que vous êtes» est dans sa simplicité l'hymne abrégé de toute patrie.

Dans le passé, un héritage de gloire et de regrets à partager, dans l'avenir un même programme à réaliser ; avoir souffert, joui, espéré ensemble, voilà ce qui vaut mieux que des douanes communes et des frontières conformes aux idées stratégiques ; voilà ce que l'on comprend malgré les diversités de race et de langue. Je disais tout à l'heure : «avoir souffert ensemble» ; oui, la souffrance en commun unit plus que la joie. En fait de souvenirs nationaux, les deuils valent mieux que les triomphes, car ils imposent des devoirs, ils commandent l'effort en commun.

Une nation est donc une grande solidarité, constituée par le sentiment des sacrifices qu'on a faits et de ceux qu'on est disposé à faire encore. Elle suppose un passé ; elle se résume pourtant dans le présent par un fait tangible : le consentement, le désir clairement exprimé de continuer la vie commune. L'existence d'une nation est (pardonnez-moi cette métaphore) un plébiscite de tous les jours, comme l'existence de l'individu est une affirmation perpétuelle de vie. Oh ! je le sais, cela est moins métaphysique que le droit divin, moins brutal que le droit prétendu historique. Dans l'ordre d'idées que je vous soumets, une nation n'a pas plus qu'un roi le droit de dire à une province : «Tu m'appartiens, je te prends». Une province, pour nous, ce sont ses habitants ; si quelqu'un en cette affaire a droit d'être consulté, c'est l'habitant. Une nation n'a jamais un véritable intérêt à s'annexer ou à retenir un pays malgré lui. Le voeu des nations est, en définitive, le seul critérium légitime, celui auquel il faut toujours en revenir.

Nous avons chassé de la politique les abstractions métaphysiques et théologiques. Que reste-t-il, après cela ? Il reste l'homme, ses désirs, ses besoins. La sécession, me direz-vous, et, à la longue, l'émiettement des nations sont la conséquence d'un système qui met ces vieux organismes à la merci de volontés souvent peu éclairées. Il est clair qu'en pareille matière aucun principe ne doit être poussé à l'excès. Les vérités de cet ordre ne sont applicables que dans leur ensemble et d'une façon très générale. Les volontés humaines changent ; mais qu'est-ce qui ne change pas ici-bas ? Les nations ne sont pas quelque chose d'éternel. Elles ont commencé, elles finiront. La confédération européenne, probablement, les remplacera. Mais telle n'est pas la loi du siècle où nous vivons. À l'heure présente, l'existence des nations est bonne, nécessaire même. Leur existence est la garantie de la liberté, qui serait perdue si le monde n'avait qu'une loi et qu'un maître.

Par leurs facultés diverses, souvent opposées, les nations servent à l'oeuvre commune de la civilisation ; toutes apportent une note à ce grand concert de l'humanité, qui, en somme, est la plus haute réalité idéale que nous atteignions. Isolées, elles ont leurs parties faibles. Je me dis souvent qu'un individu qui aurait les défauts tenus chez les nations pour des qualités, qui se nourrirait de vaine gloire ; qui serait à ce point jaloux, égoïste, querelleur ; qui ne pourrait rien supporter sans dégainer, serait le plus insupportable des hommes. Mais toutes ces dissonances de détail disparaissent dans l'ensemble. Pauvre humanité, que tu as souffert ! que d'épreuves t'attendent encore ! Puisse l'esprit de sagesse te guider pour te préserver des innombrables dangers dont ta route est semée !

Je me résume, Messieurs. L'homme n'est esclave ni de sa race, ni de sa langue, ni de sa religion, ni du cours des fleuves, ni de la direction des chaînes de montagnes. Une grande agrégation d'hommes, saine d'esprit et chaude de coeur, crée une conscience morale qui s'appelle une nation. Tant que cette conscience morale prouve sa force par les sacrifices qu'exige l'abdication de l'individu au profit d'une communauté, elle est légitime, elle a le droit d'exister. Si des doutes s'élèvent sur ses frontières, consultez les populations disputées. Elles ont bien le droit d'avoir un avis dans la question. Voilà qui fera sourire les transcendants de la politique, ces infaillibles qui passent leur vie à se tromper et qui, du haut de leurs principes supérieurs, prennent en pitié notre terre à terre. «Consulter les populations, fi donc ! quelle naïveté ! Voilà bien ces chétives idées françaises qui prétendent remplacer la diplomatie et la guerre par des moyens d'une simplicité enfantine». - Attendons, Messieurs ; laissons passer le règne des transcendants ; sachons subir le dédain des forts. Peut-être, après bien des tâtonnements infructueux, reviendra-t-on à nos modestes solutions empiriques. Le moyen d'avoir raison dans l'avenir est, à certaines heures, de savoir se résigner à être démodé.


Un texte qui devrait te plaire Moon, sur lequel je suis tombé par hasard en traînant sur le site de de l'Assemblée Nationale. Frais pondu en 1882, et assez remarquablement clairvoyant, je dois dire :closedeyes:

Pour la version complète : Qu'est-ce qu'une nation ? ;)

:fleche:


--------------------
Je ne parviens plus à séparer dans mon esprit la sotte confiance dans la providence historique ou théologique de la vanité de celui qui croit être le centre du monde et que tout arrive sur un signe de lui. J'apprécie et je respecte en revanche celui qui agit bien sans demander aucune garantie que le monde s'améliore et sans attendre, je ne dis pas des récompenses, mais même des confirmations. Seul le bon pessimiste se trouve en condition d'agir d'un esprit libre, d'une volonté ferme, d'un sentiment d'humilité et de plein dévouement à sa tâche. Norberto Bobbio
PMEmail PosterMSN
Top
Konrad le magnifique  Hors ligne
Ecrit le : Jeudi 20 Juin 2013 à 10h38
Quote Post


oizo or not oizo ?



********

Groupe : Membres
Messages : 5 822
Membre n° : 11 019
Inscrit le : 15 Septembre 2009


-



j'etais en train de lire un article sur la mémoire de 30sec et je me retrouve la et je sais même pas comment :blink:


--------------------
JCVD: les dauphins et les baleines sont des animaux intelligents... dans la mer
"Je me considère moi-même le personnage le plus puissant du monde." Idi Amin Dada
Je sais que je plais pas à tout le monde... Mais quand je vois à qui je plais pas, je m‘demande si ça me dérange vraiment.
PMEmail Poster
Top
0 utilisateur(s) sur ce sujet (0 invités et 0 utilisateurs anonymes)
0 membres :

Topic Options Pages : (3) 1 2 [3]  Reply to this topicStart new topicStart Poll

 

©2004 Skin IBF www.civfr.com par Lagalette

 
 

               Ce site est hébergé par IMINGO

MKPortal M1.1 Rc1 ©2003-2005 All rights reserved
Page affichée en 0.02086 secondes avec 4 requêtes