Civfr.com : Civilization - Ligue Francophone Civfr.com Classement forums de discussion Inscription R?gles de la ligueQuestions les plus fr?quemment pos?es Skin num?ro 2 Civfr.com Questions les plus fr?quemment pos?es Outils du site
Dernier shout - Écrit par colonel81 - Mercredi, 05 Juillet 2017 17:45 - [Le style SMS est interdit dans la shoutbox]
GOTM JUILLET DISPONIBLE
  Civfr.com -> Histoire des Héros de Civilization
m?moriser la page dans un cookie


Pages : (2) [1] 2   ( Aller vers premier message non lu ) Closed TopicStart new topicStart Poll

> Histoire des Héros de Civilization
Cherudek  Hors ligne
Ecrit le : Mercredi 29 Septembre 2004 à 13h14
Quote Post


GalactiCat



********

Groupe : Grands Anciens
Messages : 10 176
Membre n° : 1
Inscrit le : 01 Avril 2004


-



Les héros de Civilization sont des personnages historiques ou mythologiques.

Il vous est possible de porter leur nom sur le forum sous certaines conditions.

Voici leur histoire.
(pour les commentaires sur ce topic, rendez-vous ici)


(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/troy.gif)



--------------------
Lisez Jiddu Krishnamurti, et lisez ou regardez Francis Lucille. Bonne route :)
PMEmail PosterUsers Website
Top
Cherudek  Hors ligne
Ecrit le : Mercredi 29 Septembre 2004 à 13h22
Quote Post


GalactiCat



********

Groupe : Grands Anciens
Messages : 10 176
Membre n° : 1
Inscrit le : 01 Avril 2004


-




Allemagne



Alaric, vainqueur de Rome

Joueur : Longinus




Je chante le vainqueur des vainqueurs de la terre,
qui sur le Capitole osa porter la guerre,
et qui fut renverser, par l' effort de ses mains,
le throsne des cesars, et l' orgueil des romains.
L' invincible Alaric, ce guerrier heroïque ;
qui s' esloignant du nort, et de la mer Balthique,
fit trembler l' Apennin, au bruit de ses exploits ;




Né vers 370 p.C. sur l'île de Peuce (Roumanie), mort en 410 p.C. à Cosentia, Bruttium (Cosenza en Italie). Chef de l'armée des Wisigoths à partir de 395, il mena le sac de Rome en août 410, ce qui symbolisa la chute de l'empire romain.

De naissance noble, Alaric commanda les troupes Goths au sein de l'armée romaine dans la lutte contre l'invasion des Huns à l'embouchure du Danube. Mais, en 395, peu de temps après la mort de l'empereur Théodose, il quitta l'armée romaine et il fut élu chef des Wisigoths.

Du fait que sa tribu n'avait pas reçu les sommes promises par les Romains, Alaric marcha sur Constantinople, avant d'être arrêté par les forces romaines du général romain Flavius Stilicho (les deux commandant d'armées, formés ensemble dans la cavalerie romaine, s'affronteront durant toute leur vie). Il décida de marcher vers le Sud, en Grèce, et saccagea la ville du Pirée (Pireaus, le port d'Athènes) et ravagea Corinthe, Megara, Argos et Sparte.

(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/allemandalaric01.gif)
Alaric à Athènes



L'empereur d'Orient, Flavius Arcadius, apaisa les Wisigoths en 397, probablement en nommant Alaric magister militum en Illyricum.

En 401, Alaric envahit l'Italie, mais le 6 avril 402 à Pollentia (Pollenza actuellement), il fut lourdement défait, à nouveau par Flavius Stilicho. Il dut se replier hors de la péninsule.
Une deuxième invasion se termina également dans la défaite, bien qu'il arriva à obtenir du Sénat de Rome le paiement d'un lourd tribut.

(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/allemandalariccarte.gif)
Parcours des Wisigoth, de la Mer Noire à l'Espagne



Après que Stilicho fut assassiné en août 408, un groupe d'influence luttant contre la présence barbare prit le pouvoir à Rome. Leur politique mena au massacre, par les troupes romaines, des femmes et des enfants des tribus barbares qui servaient dans l'armée romaine. De ce fait, ces troupes rejoignirent celles d'Alaric, ce qui le renforça grandement.

Bien qu'Alaric désira avant tout la paix, l'empereur d'Occident Flavius Honorius refusa de lui accorder les terres et le butin qui étaient demandés.
De ce refus découla le siège de Rome par les Visigoths en 408, jusqu'à ce que le Sénat accorde à Alaric subside et aide dans ses négociations avec Honorius.

Du fait de l'intransigeance de ce dernier, Rome fut de nouveau assiégée en 409. Il leva son blocus après que Attalus fut proclamé empereur d'Occident. Attalus nomma Alaric magister utriusque militiae ("maître des deux armées"), mail il lui refusa de mener une armée en Afrique. Les négociations avec Honorius cessèrent, et Alaric déposa Attalus pendant l'été de l'an 410.

Rome fut assiégée pour la troisième fois. Le 24 août, après deux mois de siège, des alliés des Wisigoths ouvrirent les portes de la ville, et les troupes occupèrent la ville pendant trois jours

(D'après PROCOPE de Césarée, Histoire des Guerres, III, 2, 27 : "une certaine Proba, que sa richesse et sa réputation mettaient au premier rang des femmes de la classe sénatoriale romaine, fut prise de pitié de ce que les Romains étaient égarés par la faim et par toutes sortes de souffrances - déjà, ils s'entre-dévoraient. Voyant que toute espérance les avait abandonnés, comme le fleuve et le port étaient aux mains de l'ennemi, elle encouragea ses domestiques à ouvrir, de nuit, les portes de la ville".)

(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/sackofrome.gif)
Rome mise à sac




En 800 ans, c'était la première fois que la ville était capturée par des ennemis étrangers.
En fait, bien que les Wisigoths pillèrent Rome, ordre fut donné que les églises ne soient pas touchées et que les habitants soient bien traités. Seuls quelques bâtiments furent livrés aux flammes.

Alaric décida la même année de continuer vers l'Afrique (le "grenier à blé" de l'empire Romain), mais il mourut d'une fièvre. Son corps fut enterré avec ses richesses dans le lit d'une rivière (Busento) après qu'on l'ai détournée, afin que les traces de sa tombe soit recouverte par les eaux, et ceux qui avaient creusé la tombe furent tous executés.

Le successeur de Alaric, Athaulf, obtiendra le droit de s'installer dans la région de Toulouse deux ans plus tard, puis en Espagne. Ce sont les Wisigoths, alliés aux Romains sous le commandement de Flavius Aetius, qui repousseront définitivement en 451 les Huns à la bataille des Champs Catalauniques. En 455, les Vandales pillent Rome durant deux semaines.


Sources :
Byzantina.com, extrait d'un poème de Georges de Scudéry, Encyclopedia romana, Imperium Basilea, The mighty roman legions, Encyclopédie libre Wikipedia



--------------------
Lisez Jiddu Krishnamurti, et lisez ou regardez Francis Lucille. Bonne route :)
PMEmail PosterUsers Website
Top
Cherudek  Hors ligne
Ecrit le : Mercredi 29 Septembre 2004 à 13h23
Quote Post


GalactiCat



********

Groupe : Grands Anciens
Messages : 10 176
Membre n° : 1
Inscrit le : 01 Avril 2004


-



Amérique
PMEmail PosterUsers Website
Top
Cherudek  Hors ligne
Ecrit le : Mercredi 29 Septembre 2004 à 13h23
Quote Post


GalactiCat



********

Groupe : Grands Anciens
Messages : 10 176
Membre n° : 1
Inscrit le : 01 Avril 2004


-



Angleterre
PMEmail PosterUsers Website
Top
Cherudek  Hors ligne
Ecrit le : Mercredi 29 Septembre 2004 à 13h23
Quote Post


GalactiCat



********

Groupe : Grands Anciens
Messages : 10 176
Membre n° : 1
Inscrit le : 01 Avril 2004


-



Arabie



Saladin, le Sultan Chevalier

Joueur : Shint



(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/saladin.jpg) (IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/saladin2.jpg)
Saladin (1138-1193) est le chef musulman qui reprit Jerusalem aux croisés




Saladin (SalâH 'ad-dîn : "intégrité de la religion") est un Kurde né à Tikrit qui apparaît dans l'histoire en 1164, alors qu'il est neveu de Chirkouh, le commandant du corps expéditionnaire syrien qui tente de se rendre maître de l'Egypte.


1ère manche : domination de l'Egypte

A l'époque, la glorieuse dynastie arabe des Fatimides qui règne en Egypte et sur le moyen-orient depuis trois siècles est en pleine décadence et les complots sont fréquents.
Bien que le pouvoir officiel soit au Caire (le Calife), les régions de l'empire fatimide sont autonomes de fait et leurs administrateurs ont le pouvoir réel.

Les Francs se sont installés 70 ans plus tôt à Jérusalem. Ils tiennent toute la côte méditerrannéenne de la Palestine et de la Syrie avec leurs forteresses (Krak) et visent à s'étendre au dépend du vieux califat fatimide. Au Nord, les Byzantins guettent eux aussi les faiblesses de l'empire Arabe et attisent les désordres.


(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/saladincarte0.jpg)
Empire fatimide et implantation franque en 1164. La Syrie appartenait aux Fatimides



Des deux partis égyptiens qui s'entredéchirent, le vizir Chîwer appelle les Syriens du gouverneur Nour-ed-din d'un côté, tandis que son adversaire le chambellan Dîrghim appelle lui les Francs du roi Amaury 1er de l'autre.
Mais le corps expéditionnaire syrien est bien plus rapide que les chevaliers Francs et prend position en Egypte avant leur arrivée. Les Francs assiègent l'armée dont fait partie Saladin, lorsqu'arrive la nouvelle qu'une autre armée syrienne envoyée en renfort par Nour-ed-din attaque la Palestine, sur l'arrière des Francs !

Un armistice est conclu, et les Francs comme les Syriens se retirent d'Egypte : match nul.


(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/krak.jpg)
Krak : forteresse franque en Palestine




2e manche : les Francs gagnent

Le gouverneur de Syrie Nour-ed-din envoie à nouveau Chirkouh et Saladin en 1167 conquérir l'Egypte.

Cette fois, le vizir égyptien Chîwer s'est allié aux Francs d'Amaury qui refoulent les Syriens à l'intérieur d'Alexandrie où ils les assiègent.
Epuisés, il concluent une paix chevaleresque avec les Francs et les deux camps se retirent à nouveau de l'Egypte.

Les Francs ont pris l'avantage, et deviennent "protecteurs" de l'Egypte en échange d'un tribut de 100000 pièces d'or par an.


3e manche : victoire de Saladin

En 1168, les Francs font alliance avec les Byzantins pour conquérir une fois pour toute l'Egypte.

Les Francs attaquent sans attendre l'armée Byzantine. Le vizir égyptien Chîwer se voit contraint d'appeler cette fois les Syriens à son aide, et l'armée de Chirkouh et de Saladin repoussent les Francs.
Le vizir aux alliances variables est executé et Chirkouh devient vizir d'Egypte au nom de la Syrie.

Chirkouh meurt deux mois plus tard, laissant à son neveu Saladin l'administration du royaume d'Egypte. Saladin a 32 ans.

Saladin va consolider son pouvoir, se débarrasser du vieux calife d'Egypte et se nommer lui-même du titre prestigieux de Sultan.

Son suzerain Nour-ed-din, le gouverneur de Syrie, le somme de rentrer à Damas, mais Saladin refuse. La chance lui sourit, car Nour-ed-din meurt de maladie alors qu'il s'apprête à envoyer son armée en Egypte pour punir son lieutenant.

Au même moment, Amaury 1er, roi Franc de Jérusalem, meurt du typhus en laissant le pouvoir à un adolescent de 13 ans, Baudoin IV.


Expansion et triomphe

Saladin conquiert alors la Syrie en 1171, consolide les frontières sur les turcs en Irak, puis se retourne contre les Francs.

Après plus de dix ans de résistance à la tête des Francs, Baudoin IV meurt de la lèpre et son successeur, Guy de Lusignan, est un incompétent.

Le 3 juillet 1187, la chevalerie Franque de Palestine est entièrement anéantie par les cavaliers de Saladin à la bataille de Hattîn.


(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/hattin.jpg)



L'armée franque (20000 hommes, dont 1200 chevaliers) avait décidé de camper près du lac de Tibériade, entre deux petites montagnes.
Durant la nuit, des milliers de cavaliers arabes prirent position sans être repérés. Juste avant l'aube, ils mirent le feu à la végétation des collines, qui se propagea dans la vallée, attisé par le vent, dévastant le campement des Francs. Une fois l'incendie achevé, ils chargèrent et finirent le travail de destruction.

Pour les Francs, c'est un désastre qui les laisse sans défense du jour au lendemain. En quelques semaines, Saladin se rend maître des états chrétiens à l'exception de quelques places côtières.

Magnanime (au regard des critères de l'époque : Richard Cœur de Lion fera par exemple massacrer 2700 prisonniers de guerre pendant des négociations avec Saladin à Acre), Saladin limitera les executions et les exactions, y compris lors de la prise de Jérusalem.

Les Francs seront encore secouru par les rois Frédéric Barberousse (Empire germanique), Philippe Auguste (France : prise de Saint Jean d'Acre) et Richard Cœur de Lion mais Saladin restera vainqueur malgré les nombreuses batailles livrées.

En 1191, un traité est signé entre Saladin et Richard Coeur de Lion (pour les croisés), laissant aux chrétiens quelques ports sur la côte et l'accès aux lieux saints pour les pélerins. L'empire de Saladin réunifie l'Egypte, l'Arabie, la Palestine, la Syrie et l'Irak actuel.


(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/saladincarte.jpg)
Empire de Saladin



Le 4 mars 1193, le sultan Saladin meurt à Damas à l'âge de 55 ans, entouré de l'estime des croisés comme de ses sujets arabes, les uns et les autres ayant été séduits par son esprit chevaleresque et sa piété empreinte de tolérance..

(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/saladinstatue.jpg)
Statue de Saladin à Damas(Syrie)




Sources : Herodote.net, histoire des croisades (anglais), dynasties arabes


--------------------
Lisez Jiddu Krishnamurti, et lisez ou regardez Francis Lucille. Bonne route :)
PMEmail PosterUsers Website
Top
Cherudek  Hors ligne
Ecrit le : Mercredi 29 Septembre 2004 à 13h24
Quote Post


GalactiCat



********

Groupe : Grands Anciens
Messages : 10 176
Membre n° : 1
Inscrit le : 01 Avril 2004


-



Byzance
PMEmail PosterUsers Website
Top
Cherudek  Hors ligne
Ecrit le : Mercredi 29 Septembre 2004 à 13h24
Quote Post


GalactiCat



********

Groupe : Grands Anciens
Messages : 10 176
Membre n° : 1
Inscrit le : 01 Avril 2004


-



Chine


Trois joueurs ont gagné avec la Chine : ils ont choisi le Dragon Chinois, Sun-Tzu, et Bruce Lee




Le Dragon Chinois

Joueur : Fab1



(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/dragon_chinese.gif)






Les dragons sont des animaux mythologiques communs à tous les continents.

En Europe, il gardent volontiers un trésor. Ils sont aussi le symbole de la patience, de la sagesse et de la fidélité. Ils sont souvent un obstacle initiatique à franchir : si un homme est en âge de combattre un dragon , il exprime le fait qu'il est un homme en s'attaquant à la créature, du moins s'il en réchappe... Le Dragon est souvent maléfique en Europe .

(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/dragoneurope.jpg)
Dragon dans la mythologie européenne



En Chine en revanche, le dragon est la plupart du temps puissant et bénéfique.

Il existe de nombreuses origines et significations différentes des dragons selon les régions de Chine.

Ils peuvent être lié à la terre (ils forment les collines et les montagnes, par exemple à Kowloon ("9 dragons"), le quartier de Hong-Kong), au ciel, mais ils sont surtout liés à l'eau (pluie, fertilité, renaissance) et dans à la Cour céleste de l'Empereur de Jade, ils sont chargés de l'administration des cours d'eau et des plans d'eau.

(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/dragonsilhouette.gif)



En Chine, "franchir la passe du Dragon" (réussir un projet) fait référence au pouvoir de mutation des dragons : ils peuvent se transformer, et dans l'eau passer de poisson à dragon et vice versa. Ils sont également liés au feu (lumière et chaleur du printemps plutôt que le principe destructeur). La puissance du dragon est immense.

Les quatre principaux dragons ("Long" en chinois) de la mythologie sont les Rois Dragons (Ao Kuang, Ao Shun, Ao Jun et Ao Ch'in) qui veillent sur les quatre mers de la Chine antique.

Une hiérarchie des dragons existe, depuis les dragons sans corne (tch'eu-lung), puis dragons à écailles (kiao-lung), dragons à cornes (k'ieou-lung), et enfin les nobles dragons ailés (ying-long) qui vivent dans le ciel et sont très puissants.

Le ying-long ou dragon céleste est porteur de pluie, généralement bienfaisant encore qu'il puisse avoir quelques défauts bien humains comme la paresse ou l'égoïsme.

(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/dragonanim.gif)



Les Chinois attribuait le titre de "Dragon" aux personnages célèbres et puissants : les empereurs de Chine en ont fait leur animal symbolique ; le Dragon d'Azur est associé à l'esprit du héros Teng Qing Gong, général qui se distingua au début du XIVe siècle et qui, au cours de son existence, lutta victorieusement contre les puissances surnaturelles ; Confucius a également été qualifié de "dragon".

Confucius lui-même jugeait que l'image du "dragon" se rapportait à des personnages au comportement extraordinaire. On dit qu'il appelait ainsi Lao Tseu (fondateur du Taoïsme) en témoignage de respect.

(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/dragon03.gif)




Source : Ricochet-jeune, les 12 animaux de l'astrologie chinoise, Clio : origine du symbolisme du dragon en Chine, animaux fantastiques, Dragon vert, site sur les dragons (tous pays), autre site sur les dragons (tous pays), les dragons au cinéma


--------------------------------------------------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------------------------------------------------




Sun Tzu, Artiste de la guerre

Joueur : Longinus


(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/suntzu.gif)




Sun Tzu (prononcer "Souen Tseu"), était un stratège chinois (son vrai nom était Sun Wu) au service du royaume de Wu au 6e siècle avant JC selon la tradition.

le traité aurait plutôt été écrit entre le 5e et le 3e siècle avant Jésus-Christ selon les historiens, c'est à dire pendant les épopées guerrières qui caractérisèrent la période des "Royaumes combattants" ("Zhanguo", de 453 à 221 avant JC).


(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/casquechine.jpg)
Casque de bronze et de fer de la période des royaumes combattants




Le traité de stratégie intitulé "L'art de la guerre" ("Ping-Fa") met en avant pour la première fois les impératifs de logistique et de poursuite de l'efficacité aux dépens de l'idéal de chevalerie qui inspirait les guerriers jusque-là.

C'est un livre pragmatique, un recueil de conseils de la part d'un homme de terrain. Il privilégie le caractère exceptionnel du recours à la force, et souligne la nécessité d'épargner la population civile et les ressources locales.

"Notre invicibilite depend de nous, la vulnerabilite de l'ennemi, de lui. Ce qui depend de moi, je peux le faire, ce qui depend de l'ennemi n'est jamais assure"

L'ouvrage rassemble des éléments de philosophie, de stratégie, de tactique et même d'espionnage. Il met en relief le rôle du hasard, l'importance de la ruse et de la surprise, les relations étroites entre la politique et la guerre et aussi le coût exorbitant des opérations militaires. Le caractère illusoire des solutions extrêmes ou précipitées aussi bien que l'ambiguïté des circonstances de la victoire sont des thèmes récurrents de l'auteur. On s'accorde à penser que des contributions philosophiques sont venues s'intégrer à cette somme par la suite.


(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/soldatchine.jpg)



Le traité a exercé une influence durable sur les stratèges chinois, coréens, japonais et Vietnamiens jusqu'à nos jours. La plus belle des victoires, selon Sun Tzu, est celle que l'on obtient avant avant même d'avoir dû combattre.

Au contraire du général prussien Carl von Clausewitz, théoricien de la guerre totale, Sun Tzu ne voit pas dans la grandiose "bataille d'anéantissement" le sommet de l'art du stratège, et en recommandant de préserver les civils et les ressources locales, Sun Tzu serait plutôt à l'opposé (Clausewitz a cependant soutenu comme Sun Tzu le primat du politique sur le militaire).

Les écrits concis de Sun Tzu sont remarquable parce qu'ils sont les premiers écrits stratégiques de l'histoire. De nombreux autres traités leur ont succédés depuis. En dehors de l'aspect " philosophique " ou psychologique du traité de Sun Tzu (dont on pense qu'il a été ajouté ultérieurement), la valeur militaire est réduite par le profond changement de la guerre depuis la révolution industrielle.

Que l'ennemi ne sache jamais comment vous avez l'intention de le combattre, ni la maniere dont vous vous disposez a l'attaquer ou a vous defendre.
Dans son ignorance, il multiplie les preparatifs, tachera de se rendre fort partout, divisera ses forces : ce qui occasionnera sa perte.

Alors que les guerriers de Sun Tzu évoluaient dans un contexte rural quasi-complet, et où les armées vivaient sur le terrain et livraient des batailles dans des espaces dégagés, la guerre moderne est technique, logistique et urbaine (80% de la population vit dans des villes).

Toujours utile, Sun Tzu ? Oui, car le traité de Sun Tzu est un modèle d'organisation valable dans tous domaines et pour tous les temps. Il est utilisé actuellement dans les écoles de commerce et de gestion d'entreprise.

Et aussi par certains joueurs de Civilization en multi..



Sources : L'Art de la guerre de Sun-Tzu, L'Art de la guerre de Sun-Tzu (autre traduction), Les autres traités militaires historiques (en anglais), Sun Tzu à l'ère moderne, Sur Clausewitz


--------------------------------------------------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------------------------------------------------




Bruce Lee, le Petit Dragon

Joueur : Vibs



(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/brucelee01.jpg)



Bruce Lee est né le 27 novembre 1940, l'année du Dragon, à San Francisco, pendant une tournée de son père, comédien et vedette de l'Opéra de Canton.

Sa mère est eurasienne, elle le nomme Li Jun Fan "petit phénix", prénom féminin qui doit détourner l'attention des démons qui recherchent les enfants mâles. Il reprendra ce surnom Hsui Loong "Le Petit Dragon". Son prénom américain lui a été donné par l'infirmière de la maternité.

A trois ans, Bruce retourne à Hong Kong avec sa famille, et fréquente le milieu paternel du cinéma. Il tourne plusieurs films, puis découvre à l'adolescence les arts martiaux et la danse (il sera champion de Cha cha).


(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/brucelee07.jpg)



Son maître de Wing Chun (proche du Kung Fu) est Yip Man. Il est banni du club après des démêlées avec d'autres étudiants, sur le prétexte qu'il a du sang européen dans les veines alors que Yip Man s'était engagé à ne jamais apprendre son art à un étranger. Mais a eu le temps de progresser, et poursuit son apprentissage pendant trois ans avec un ami, en particulier dans les combats de rue...

S'étant fait trop d'ennemis, dont certains dans la mafia chinoise, et risquant désormais sa vie dans les rues de Hong Kong, il est envoyé par sa famille aux USA poursuivre ses études. Il gagne sa vie dans des petits boulots et en enseignant le Kung Fu dans les parcs, et termine ses études de philosophie. Il épouse une étudiante d'origine suédoise, dont il a deux enfants.


(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/brucelee02.jpg) (IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/brucelee09.jpg)



En 1969, il développe une méthode d'enseignement du Kung Fu basée sur sa propre expérience physique et philosophique, aboutissant à une théorie des arts martiaux. Lors d'une démonstration publique, il est remarqué par un producteur qui le fait tourner dans une série télévisée "Le frelon vert", dans le rôle de Kato.


(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/brucelee06.jpg) (IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/brucelee05.jpg)(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/brucelee08.jpg)



Cette série a un immense succès en Asie, où on la surnomme le "Kato Show". Il imagine la série "Kung Fu", mais son origine chinoise fait qu'on lui refuse d'y jouer (les producteurs choisiront David Carradine). Malgré cette déception, sa présence physique étonnante lui permet d'enchaîner des seconds rôles, puis d'obtenir enfin un rôle principal dans un film d'art martiaux "Big Boss" en 1971, qui bat les records d'entrée en Asie.
Il devient réalisateur, et tourne ensuite "la fureur de vaincre", "la fureur du Dragon", "Opération Dragon" et enfin "Le jeu de la mort".


(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/brucelee03.jpg)



Son activité débordante (tournages, réalisation, enseignement dans trois écoles d'arts martiaux, entraînement intensif) est peut-être la cause d'un premier malaise en mai 1973. En juillet 1973, il fait un second malaise, et prend un comprimé offert par une amie. Il tombe dans le coma et meurt, d'un oedème cérébral probablement provoqué par une allergie médicamenteuse.


La légende du "Petit Dragon"


La mort de Bruce Lee est entourée de théories folles : mafia chinoise, vengeance dans le milieu du cinéma, crime passionnel ... Bruce Lee meurt à 33 ans, comme Alexandre le Grand, en pleine gloire et jeunesse, comme James Dean ou Marilyn Monroe. Sa carrière artistique est controversée : ses films sont des stéréotypes de l'affrontement des bons et des méchants, sa production est sans imagination... il faut replacer ces scénarios dans le contexte historique, où les grandes puissances s'affrontent et où le public réclame des exutoires à ces confrontations qui les menacent et les dépassent.


(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/brucelee04.jpg)



En fait, les films de Bruce Lee sont les vitrines qui l'exposent : son corps est parfait, sa gestuelle est sensuelle et précise, ses valeurs sont héroïques, aussi est-il adulé comme un idéal masculin.

Il faut y ajouter son origine et son parcours multi-ethnique (mère d'origine Allemande, femme d'origine Suédoise) rejeté en Chine, victime du racisme aux USA... et pourtant une immense star dans les deux pays.

Sa jeunesse d'acteur, de danseur, de voyou, ses études universitaires, sa gigantesque capacité d'entreprendre, ses qualités physiques exceptionnelles... Bruce Lee est bel et bien une icône positive.



Sources :
Le site du petit dragon
Asie passion
Bruce Lee central
et Google, bien sûr :lol:

Ce message a été modifié par Cherudek le Jeudi 28 Octobre 2004 à 21h50


--------------------
Lisez Jiddu Krishnamurti, et lisez ou regardez Francis Lucille. Bonne route :)
PMEmail PosterUsers Website
Top
Cherudek  Hors ligne
Ecrit le : Mercredi 29 Septembre 2004 à 13h24
Quote Post


GalactiCat



********

Groupe : Grands Anciens
Messages : 10 176
Membre n° : 1
Inscrit le : 01 Avril 2004


-



Corée



Pak HYOKKOSE, Roi légendaire de Silla

Joueur : Patrick469


L'histoire mythique de la Corée débute avec le royaume antique Chosun (le "Matin calme"). Ce royaume (s'il a existé) aurait été conquis par la Chine vers 100 avant JC. Sous le protectorat chinois Han vont se développer de nombreuses tribus ou clans dans la péninsule coréenne.


(IMG:http://chinaart.cnokay.com/Reproductions/cs1/6036.jpg)
Archer de l'époque Han



L'influence chinoise va diminuer avec le temps, et laisser se développer quatre royaume : Paekche à l'Ouest, Koguryo au Nord, Kaya au Sud et Silla (ou Shilla) à L'Est. Vers le 3e siècle après JC, les quatres royaumes s'émancipent de l'encombrante tutelle chinoise et marquent le début de l'histoire de la Corée en tant que nation.

(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/coree.jpg)



Chaque royaume a ses traits culturels dominants : le Koguryo est plutôt militaire, le Paekche commerçant, tandis que le Silla a une structure sociale et politique forte.

Le royaume de Silla va conquérir celui de Kaya, puis finalement dominer au 6e siècle ses deux concurrents avec l'aide de l'armée chinoise de la dynastie Tang, dont il se débarasse également. Silla est donc historiquement le premier Etat qui domine la péninsule.

Pak Hyokkose est le fondateur légendaire du Silla.

Les contes disent que six chefs de clans se réunirent le 1er jour du 3e mois de la 5e année de la dynastie Han (empereur de Chine, l'occupant d'alors. La date correspond environ à 69 avant JC), pour se plaindre de la vie dissolue de leurs clans. Souhaitant avoir une règle de vie unique à imposer, il décidèrent de trouver un homme vertueux pour fonder un royaume et une capitale afin de les unifier sous une seule loi.

Alors qu'ils recherchaient un tel homme, un phénomène étrange eut lieu : un cheval blanc déposa un œuf rouge, avant de s'envoler vers le ciel. Le peuple a ouvert l'œuf et découvert un nourrisson mâle. Alors que chacun s'émerveillait, il se mit à briller et émettre de la lumière : on le nomma Hyokkose, qui signifie "qui rêgne brillament" ou "marque du monde lumineux".

(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/park2.jpg)



Après avoir trouvé l'homme venu du ciel, sa femme fut apportée par un dragon. Le peuple érigea un palais pour les deux enfants. L'œuf de naissance de Hyokkose avait la forme d'une courge (Pak en coréen), aussi lui donna t-on le nom de famille "Pak" (la courge, comme l'œuf, étaient réputés être le réceptacle des esprits ou des fantômes).

Pak Hyokkose est devenu roi à 17 ans et a règné 61 ans sur le pays des six clans, qui a prit le nom de Sorabol, Sobol, Sara ou Saro. Il est monté au ciel, et 7 jours après, ses restes sont retombés au sol. Ils ont été enterrés en cinq parties séparées, à cause de l'intervention d'un grand serpent d'où le nom du tombeau de Pak Hyokkose : "cinq tombeaux" ou "tombeau du serpent" (Monastère actuel de Tamom).


(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/park1.jpg)
Tombes du monastère de Tamom





La légende de Pak Hyokkose est celle d'un chef descendu du ciel pour rêgner. La particularité est l'unification des six clans, reflet de la situation politique de la péninsule coréenne à l'époque. D'autre part, la nécessité d'une seule loi pour le peuple fait penser à l'influence déterminante du royaume de Silla sur la structure sociale très hiérarchisée qu'adoptera la Corée dès le 9e siècle et jusqu'aux temps modernes.


Source : Click-Asia, Histoire de la Corée


--------------------
Lisez Jiddu Krishnamurti, et lisez ou regardez Francis Lucille. Bonne route :)
PMEmail PosterUsers Website
Top
Cherudek  Hors ligne
Ecrit le : Mercredi 29 Septembre 2004 à 13h25
Quote Post


GalactiCat



********

Groupe : Grands Anciens
Messages : 10 176
Membre n° : 1
Inscrit le : 01 Avril 2004


-



Espagne



Christophe COLOMB, Amiral de la mer Océane

Joueur : Kaisernic



(IMG:http://julien.noel.free.fr/maths/histoire/colomb.jpg)(IMG:http://www.ecthollo.edres74.ac-grenoble.fr/coinenfants/exposes/colomb/colomb.jpg)



Christophe Colomb est né à Gênes (Italie) en 1451. Marin très jeune, il rejoint un frère cartographe à Lisbonne (Portugal).

Il a l'idée que l'on peut rejoindre l'Inde et le continent Asiatique par L'Ouest. Il sous-estime la distance (de cinq fois !), et propose son projet au roi du Portugal qui le refuse. Il propose alors le projet à la cour d'Espagne, qui va d'abord le refuser, puis accepter (l'investissement étant minime).

Christophe Colomb part le 3 août 1492 vers l'Ouest et atteint l'île de Guanahami (San Salvador) deux mois plus tard. C'est lui qui nomme les indigènes des "indiens" puisqu'il est persuadé d'avoir atteint l'Asie (il le restera jusqu'à sa mort).

(IMG:http://www2.ac-toulouse.fr/col-jmoulin-toulouse/club/1998/images/julra08.jpg)



Pendant son premier voyage, il trouve Cuba et l'or qu'il était venu chercher. Ses trois autres voyages vont l'amener à Trinidad, à Panama (qu'il pense être l'isthme malaisien)..

(IMG:http://www.publius-historicus.com/Images/cc_film.gif)



Ses exigences à la cour d'Espagne, sa mauvaise gestion de la colonie qu'il a fondé vont lui faire perdre un à un tous les privilèges dont il avait bénéficié.

A la fin de sa vie, malgré la protection de la reine d'Espagne Isabelle, ses titres seront honorifiques : l'Amiral de la mer Océane, le vice-roi du Nouveau Monde n'a pas pour autant les pouvoirs de commandement de l'amiral de la marine de Castille.

Il rentrera de son troisième voyage en état d'arrestation, les fers au pieds. Après la mort de la reine Isabelle, il est oublié par la cour d'Espagne. Il est vrai que d'autres évenements se jouent (la Reconquista de l'Espagne contre les Arabes).

Christophe Colomb meurt le 20 mai 1506 à l'âge de 55 ans à Valladolid en Espagne, aigri, presque aveugle, et immensément riche. Quelques mois plus tard, on réalisera qu'il ne s'agit pas d'une nouvelle route vers l'Asie, mais de la découverte d'un nouveau monde !

Bien qu'il ne soit pas le premier découvreur européen de l'Amérique (Eriksson et les vikings en l'an mille), sa découverte fera de l'Espagne la première puissance mondiale dans les décennies suivantes.

Enfin reconnu pour ce qu'il a offert à l'Espagne, on enverra sa dépouille à Saint-Domingue en 1538, pour y être inhumé selon ses voeux. Les restes seront ensuite déplacés à La Havane en 1795 lors de la cession de la moitié de l'île (Haïti) à la France, puis ramené à Seville en 1902 lors de la perte de Cuba face aux USA. Plusieurs villes dans le monde déclare avoir les "vrais" restes de Christophe Colomb, aussi une étude ADN a été décidée en 2003 par l'Université de Grenade pour authentifier ceux qui reposent à Séville.
(en octobre 2004, le résultat semble donner l'authenticité aux ossements de Séville)


(IMG:http://www.herodote.net/Images/waldsee1507c2.jpg)
carte rectifiée de l'amérique, en 1513 : Terra Incognita



Le nom du nouveau continent sera issu d'une méprise d'un cartographe de Saint-Dié dans les Vosges (Martin Waldseemüller), en 1507. Il nomme selon le prénom de Amerigo Vespucci, un compagnon de Colomb, lettré, qui a adressé ses récits de voyage à la cour des Medicis à Florence. Ceux-ci ont circulé en Europe, et l'on a cru que Amerigo Vespucci était le découvreur.

Malgré un rectificatif de 1513, le nom "Amérique" sera repris par le cartographe flamand Mercator en 1538 (lien vers sa carte), définitivement.


Sources : renaissance-amboise.com, page de Julien Noel, Colomb, carte des voyages, Herodote.net (origine du nom "amérique"), Herodote.net (déplacement des restes de Colomb)

Ce message a été modifié par Cherudek le Mercredi 06 Octobre 2004 à 22h14


--------------------
Lisez Jiddu Krishnamurti, et lisez ou regardez Francis Lucille. Bonne route :)
PMEmail PosterUsers Website
Top
Cherudek  Hors ligne
Ecrit le : Mercredi 29 Septembre 2004 à 13h25
Quote Post


GalactiCat



********

Groupe : Grands Anciens
Messages : 10 176
Membre n° : 1
Inscrit le : 01 Avril 2004


-



France
(à venir : Napoléon 1er - joueur : Gunilson)

Ce message a été modifié par Cherudek le Dimanche 03 Octobre 2004 à 21h36


--------------------
Lisez Jiddu Krishnamurti, et lisez ou regardez Francis Lucille. Bonne route :)
PMEmail PosterUsers Website
Top
Cherudek  Hors ligne
Ecrit le : Mercredi 29 Septembre 2004 à 13h25
Quote Post


GalactiCat



********

Groupe : Grands Anciens
Messages : 10 176
Membre n° : 1
Inscrit le : 01 Avril 2004


-



Mongols


Gengis khan
(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/mongol2.jpg)
1162 - 1227


Joueur : Mogwaizen



Gengis Khan, fondateur de l'Empire mongol
Gengis khan, Khan des Mongols étendit sa puissance sur l'Asie centrale, la Chine septentrionale et le Turkestan russe.

A l'époque où naît Témudjin Uge (le «plus fin acier»), les quarante clans mongols sont déchirés par des guérillas intestines et divisés face aux nomades rivaux, Turcs et surtout les puissants Tatars.

(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/mongol3.jpg)



Guerrier et stratège
A 19 ans, Témudjin est un farouche guerrier mais aussi un habile politique. Il rassemble les clans autour de lui, se met au service des Chinois pour soumettre les Tatars, et sait nouer de solides amitiés avec les chefs du moment... quitte à les faire assassiner ensuite. La partie décisive se joue en 1201. Grâce à une tactique déconcertante, reprise aux cavaliers scythes , Témudjin défait tous ses ennemis.

Le Kouriltaï (Grand Conseil) de 1206 le consacre chef suprême des Mongols. Il sera désormais connu sous le nom de Tchinkkiz Khan (Gengis Khan), le «souverain universel». C’est lui qui donnera le nom de « mongols » aux peuple de l’Asie centrale.

La discipline était la clé de la réussite des armées du Khan, et c’était lui qui l’avait mise au point dès l'instant où les troupes auxiliaires avaient menacé d'être aussi nombreuses que les rangs mongols. Ces troupes étaient composées des tribus ennemies soumises, des mercenaires, des esclaves, affranchis ou non, volontaires ou enrôlés de force dans l’armée du Khan.
La discipline était fondée sur le système décimal ancestral : des escouades de dix hommes formant une centaine, les centaines un millier, les milliers un tumen (dix mille cavaliers). Et dans chaque compagnie de dix hommes il y avait un chef, et parmi les dix chefs d'un centenier, un était choisi pour commander le centenier, et parmi les dix chefs de dix centeniers, l'un commandait un millier, et parmi eux, l'un dirigeait un tumen.

(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/mongol5.gif)



Chaque formation dépendait souvent de l'autorité d'un Mongol. Ainsi, dans un centenier, il n'était pas rare de voir dix lieutenants mongols mener quatre-vingt-dix fédérés convaincus qui, dans cette structure pyramidale, n'éprouvaient aucun problème de races. Tous étaient traités de la même façon, obéissaient pareillement, et s'entraidaient jusqu'à la mort. L'esclave kin, comme le prince de sang, était récompensé ou châtié à l'identique. Certes les commandants des milliers étaient seigneurs mongols, ceux des tumen, princes ou fidèles héros du khan, mais leurs responsabilités ne leur permettaient pas le moindre relâchement.

Tous avançaient soudés, dépendants les uns des autres, et sur ce point le yassak (le code du Khan) était formel : aucun soldat ne pouvait quitter son unité de dix, de cent ou de mille à laquelle il était affecté, même pour en rejoindre une autre. Quiconque enfreignait cette loi était mis à mort, et les neuf compagnons de sa dizaine également, le chef y compris.
Si dix hommes d'une même unité fuyaient et que le centenier dont ils dépendaient ne les rattrapait pas, tout le centenier était passé par les armes !

Le cavalier mongol, formé par une discipline de fer qui imposait le fouet ou même la mort pour une faute vénielle, était une formidable machine à combattre dont la mobilité n'eut pas son pareil avant les temps modernes.

Des estafettes galopaient d'une armée à l'autre, maintenant l'unité générale des troupes, mais chaque commandant jouissait d'une grande liberté sur le terrain, une nécessité impérieuse pour des armées qui s'étiraient sur de grandes distances. Les poneys mongols pouvaient franchir avec leurs cavaliers jusqu'à 120 kilomètres par jour, sans une seule halte pour boire ou manger. Dans les grandes plaines eurasiennes, la rapidité et l'énergie de ces montures donnèrent certainement aux troupes de Gengis Khan un immense avantage sur leurs ennemis.

En tête de chaque horde chevauchaient des éclaireurs et, bien en avant, un essaim d'espions, souvent recrutés parmi les marchands, avait pour mission ode s'infiltrer dans les villes pour réunir des renseignements et répandre la panique.


(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/mongol4.jpg)



Le code de Gengis Khan
Le Yassak est le code promulgué par Gengis Khan au lendemain du Kouriltaï de 1206 pour tenter de donner une cohésion au peuple mongol. Le Yassak constitue par ailleurs un code pénal exhaustif et rigoureux qui surprend par son sens de la justice : tout délit doit être attesté par trois témoins, les grands qui oppressent les faibles sont condamnés sans appel, l'adultère est sévèrement puni, les beuveries sont autorisées... une fois par mois.

En quelques années, Gengis Khan va emmener à la conquête du monde un peuple numériquement faible, techniquement et culturellement inférieur à ses adversaires : il sera pourtant le conquérant de la haute Asie, de la Chine, de l'empire des Turcs. Ce qui faisait défaut aux Mongols en connaissances ou en nombre (les grandes armées chinoises étaient bien plus nombreuses), ils le compensaient amplement par l'extrême mobilité et la rapidité étonnante de leurs guerriers

Aidé de ses fils, Gengis khan conquiert la Chine du Nord, l'Iran, le sud de la Russie et l'Afghanistan.

Grâce aux extraordinaires qualités guerrières du peuple mongol, à sa discipline et à la terreur qu'il inspirait, l’empire le plus grand que le monde de l’époque ai connu fut créé en cinq décennies .

Si le nom de Gengis khan ou celui de Qubilaï Khan sont restés dans les mémoires, c’est aussi du fait du bain de sang qu’ils ont provoqué, qui n’a pas de pareille dans l’histoire du moyen-âge. Terreur, tromperie, cruauté, autant de mots qui expliquent le succès des Mongols à la guerre

Les khans firent un usage intensif de la terreur systématique. Toute ville qui ne se rendait pas sur-le-champ n'avait aucune pitié à espérer. Les nouvelles de ce qui pouvait arriver, comme la destruction totale de Samarkand en 1220 et de Nishapur en 1221, deux des plus grandes villes de leur époque, et le massacre de tous leurs habitants, se répandaient assez vite pour qu'elles découragent toute résistance ailleurs.

(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/mongolskiev.jpg)



Mais la reddition ne donnait pas toujours de meilleurs résultats, et les princes russes de Kiev, qui se rendirent en 1223 après avoir reçu l'assurance qu'ils seraient bien traités, furent écrasés sous des planches, alors que les Mongols festoyaient joyeusement au-dessus d'eux.
Deux ans plus tard, les habitants de Hérat, ville frontalière du nord-ouest de l'Afghanistan, qui ouvrirent les portes de leur cité après qu'on leur eut promis la clémence, furent tous tués, et leur ville dévastée.

Si les Mongols furent aussi sanguinaires que les nazis de notre siècle, ils n'avaient aucun préjugé racial ou religieux. Sans doute poussaient-ils des paysans devant eux pour se protéger, mais ils ne méprisaient pas l'ennemi vaincu et cherchaient même à apprendre des peuples qu'ils assujettissaient

Cette terreur dura pendant tout le règne de Gengis Khan et pendant celui de ses successeurs immédiats. Puis, peu à peu, les Mongols assimilèrent les connaissances des peuples qu'ils avaient conquis et excellèrent bientôt dans l'administration, le travail des métaux, la chasse et les autres techniques qu'ils avaient ignorées jusque-là.

Ils acquirent aussi le goût des bonnes choses de la vie, dont ils étaient privés dans leur existence de nomades. Le khan se croyait investi d'une mission divine : conquérir le monde au nom du Ciel bleu éternel, mais ce qu'il offrait à ses fidèles était la perspective du butin et le service militaire, obligatoire pour tous les hommes de quatorze à soixante ans, n'allait pas sans quelques avantages. « Les futures générations de notre race, promit Gengis Khan lorsqu'il fut nommé chef suprême, porteront des vêtements brodés d'or, feront gras et mangeront des douceurs, monteront de beaux chevaux et tiendront dans leurs bras de belles femmes. s Lorsqu'il mourut, il avait, à peu de chose près, rempli ses promesses.
Il aura une fin digne de lui. En 1227, il se dirige vers le royaume des Tangoutes du Kan Sou, pour assouvir une vengeance vieille de vingt ans, malgré la malédiction d'un moine tibétain. Il meurt au soir de la victoire, le 18 août 1227. On ne sut jamais si ce fut de maladie ou d'empoisonnement.

(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/mongol1.jpg)



A sa mort, son empire est divisé en quatre entre son petit-fils Batu et ses fils Djaghataï, Ogoday et Toluy. Ceux-ci décident une nouvelle offensive et s'emparent de la Corée avant d'attaquer l’Europe.

A l'automne 1236, le vieux général Subotai (60 ans) se dirige vers l'Occident avec une armée de 150.000 hommes. Une partie de son armée marche sur les principautés russes du nord et les ravage jusqu'aux abords de la riche cité de Novgorod. Un peu plus tard, le 6 décembre 1240, Kiev, principale ville d'Ukraine, est prise d'assaut et détruite. L'Ukraine ne se remettra jamais totalement de l'invasion mongole et perdra sa suprématie sur les peuples de la grande plaine russe.

Poursuivant sa marche, l'armée mongole brûle Cracovie, principale cité de Pologne et se heurte à une armée de chevaliers polonais et allemands. Ces derniers sont anéantis à Wahlstadt, en Silésie. Les Occidentaux, alertés, échouent à organiser une croisade commune. Par exemple, les Chevaliers teutoniques profitèrent parfois des désordres pour partir en guerre contre les Russes de Novgorod (ils seront battus par Alexandre Nevski, source d’un mythe russe), ou s'allieront d'autres fois aux Polonais pour combattre, sans succès, les Mongols.

(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/mongolsteuton.jpg)



En Hongrie, le roi Béla IV rassemble en hâte ses forces et se porte au-devant des Mongols mais ses hommes sont presque tous massacrés le 12 avril 1241 à la bataille de Mohi, et lui-même prend la fuite. Les Mongols ravagent les régions du Danube avec un raffinement de cruauté. Incendies, viols et égorgements systématiques, pratique des «boucliers humains»...

Les mongols atteignent Vienne et l’Adriatique, mais arrive la nouvelle de la mort du grand-khan Ogodai : pressés de prendre part à la succession, les chefs se retirent avec leurs armées, laissant intact le reste de l’Europe.

En 1258, Hulagu, le fils de Toluy, conquiert le califat de Bagdad (ville qu’il fait raser) et la Syrie, mais, vaincu par les Mamelouks d' Egypte, il évacue la Syrie, conservant l' Irak et la Perse.

En 1279, la Chine entière est annexée par le grand khan Kubilay, qui rétablit l'unité du pays et fonde la dynastie des Yuan.

Mais Kubilay ne parvient pas à dominer les incessantes révoltes des Chinois, et à gérer l’administration d’un empire aussi vaste. En 1368, le dernier empereur mongol est chassé de Pékin et l’empire se morcelle en khanats en Perse, en Russie et en Asie Centrale.


Sources :
histoiredumonde.net ; victoire des Mongols en Europe en 1241


Ce message a été modifié par Cherudek le Samedi 16 Octobre 2004 à 13h44


--------------------
Lisez Jiddu Krishnamurti, et lisez ou regardez Francis Lucille. Bonne route :)
PMEmail PosterUsers Website
Top
Cherudek  Hors ligne
Ecrit le : Mercredi 29 Septembre 2004 à 13h25
Quote Post


GalactiCat



********

Groupe : Grands Anciens
Messages : 10 176
Membre n° : 1
Inscrit le : 01 Avril 2004


-



Ottomans




Soliman Ier, le Magnifique

Joueur : Patrick469




Né à Trabzon vers 1494 et mort à Szigetvar en Hongrie le 6 septembre 1566, sultan ottoman de 1520 à 1566.

(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/ottomanssuleyman.jpg)



Fils et successeur de Sélim Ier, Soliman, conquérant, diplomate, administrateur et protecteur des arts et des lettres fut surnommé le Magnifique ou le Grand par les Occidentaux et le Législateur (Kanuni) par les Turcs.

Début et expansion en Europe
Il commença par réparer plusieurs injustices commises par son père, restitua des biens confisqués et renvoya dans leurs pays les prisonniers égyptiens. Dès le début de son règne, après avoir réprimé plusieurs mouvements autonomistes, Soliman Ier engagea la guerre contre la Hongrie qui avait refusé de payer le tribut à son avènement et s'empara de Belgrade en août 1521. L'année suivante, à la tête d'une armée considérable, il vint mettre le siège devant Rhodes et après un siège de six mois, il réussit à prendre la ville qui était défendue par les Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, ordre religieux et militaire qui gouvernait l'île de Rhodes qui allèrent s'établir à Malte le 26 juin 1522, affermissant la domination turque en mer Egée.

En 1526, reprenant les opérations en Hongrie, il s'empara de Pétrovaradin, battit et tua le roi Louis de Hongrie à la bataille de Mohács le 28 août 1526 et s'empara de Buda (Budapest), faisant passer ainsi la Hongrie sous domination ottomane. La mort de roi de Hongrie entraîna une compétition pour le trône hongrois, Soliman Ier soutint Jean Ier Zápolya, élu roi par la petite noblesse hongroise mais dont le titre était contesté par l'archiduc Ferdinand d'Autriche. Alors, Soliman Ier à la tête de 120000 hommes arriva devant Vienne, qu'il assiégea en vain du 27 septembre au 15 octobre 1529, qui ébranla profondément la chrétienté occidentale.

(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/ottomanscarte.jpg)
L'empire Ottoman sous Soliman le Magnifique




Politique contre la Perse
Soliman Ier se retourna contre la Perse, conquit l'Aerbaïdjan, Tabriz et Bagdad en 1534, au même moment, les corsaires turcs avec à sa tête le célèbre Khayr Al-Dîn Barberousse, ravageaient la Méditerranée et assuraient le contrôle des rivages de l'Afrique du Nord, à l'exception du Maroc. Mais Tunis, occupée par les Turcs en 1535, fut reprise par Charles Quint dès l'année suivante, le sultan scella contre Charles Quint une alliance avec le roi de France, François Ier, lequel obtenait un régime privilégié dans l'Empire ottomans (les capitulations). Les actions de la flotte ottomane dans la mer Rouge étendent la puissance turque au-delà du Yémen (1538) et d'Aden (1547). Pénétrant dans l'océan Indien, elle gêne les Portugais.

Reprise de la guerre contre l'Autriche
Lorsque Jean Ier Zápolya mourut, la lutte entre l'Autriche et l'Empire ottoman reprit, après plusieurs années de guerre, Ferdinand et Soliman Ier finirent par conclurent une paix qui laissait à l'Autriche la Hongrie occidentale, mais l'obligeait à verser au sultan un tribut annuel. Ces clauses ne cessèrent jamais d'être contestées par Ferdinand, puis par Maximilien.

Soliman menait encore campagne en Hongrie lorsqu'il mourut de maladie au siège de Szigetvár.

Héritage de Soliman
L'Empire ottoman avait atteint sa plus grande expansion, l'Etat organisé, prospérait grâce au contrôle des voies commerciales et à un système d'imposition très bon : droit de douane, tributs payés par les territoires vassaux, dîmes versées par les sujets musulmans, capitations pour les non-mulsulmans. Cette richesse permettait d'entretenir la plus puissante armée de l'époque, forte de 300000 hommes, au sein de laquelle cependant les Janissaires prenaient de plus en plus de pouvoir.

(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/ottomanshurrensultan2.jpg)
La sultane Roxelane


Il encourage aussi les poètes et les écrivains, il fait construire les mosquées Chéhéadé en 1548 et Suleymaniyè de 1550 à 1557 par le grand architecte Mimar Sinan, mais aussi des bâtiments civils comme l'aqueduc d'Istanbul et le Palais de Scutari. Mais le sultan n'arriva pas à mettre de l'ordre dans son harem, la sultane Roxelane, mère du prince Sélim (futur Sélim II), ne cessa de nouer des intrigues pour assurer la succession à son fils, avec l'aide de son gendre Rostam, elle accusa de trahison le jeune Moustafa, que Soliman avait eu d'une autre femme et obtint son exécution.

Source : Publius-historicus

Ce message a été modifié par Cherudek le Dimanche 12 Décembre 2004 à 21h24


--------------------
Lisez Jiddu Krishnamurti, et lisez ou regardez Francis Lucille. Bonne route :)
PMEmail PosterUsers Website
Top
Cherudek  Hors ligne
Ecrit le : Mercredi 29 Septembre 2004 à 13h25
Quote Post


GalactiCat



********

Groupe : Grands Anciens
Messages : 10 176
Membre n° : 1
Inscrit le : 01 Avril 2004


-



Portugal
PMEmail PosterUsers Website
Top
Cherudek  Hors ligne
Ecrit le : Mercredi 29 Septembre 2004 à 13h25
Quote Post


GalactiCat



********

Groupe : Grands Anciens
Messages : 10 176
Membre n° : 1
Inscrit le : 01 Avril 2004


-



Russie
PMEmail PosterUsers Website
Top
Cherudek  Hors ligne
Ecrit le : Mercredi 29 Septembre 2004 à 13h26
Quote Post


GalactiCat



********

Groupe : Grands Anciens
Messages : 10 176
Membre n° : 1
Inscrit le : 01 Avril 2004


-



Scandinavie



Eirik Thorvaldsson, dit "Le Rouge"

Joueur : Skidbladnir




Erik le Rouge (920-1000) est le découvreur du Groenland



(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/chefviking.gif)



Le contexte historique des invasions vikings

A la fin du huitième siècle, les Vikings mènent leurs premiers raids en Europe.

Ces guerriers viennent de Scandinavie (actuellement, le Danemark, la Suède et la Norvège) où plusieurs facteurs les incitent à organiser des raids spontanés : une population importante, la fabrique d'armes en grande quantité grâce à des mines de fer, un savoir-faire remarquable en architecture navale qui leur permet de réaliser des navires robustes et rapides, et de bonnes connaissances en navigation.

Toute l'Europe va être victime de ces raids vikings : les Danois attaquent les côtes de l'Europe de l'Ouest (Angleterre, Irlande, France, Espagne, Italie), les Norvégiens colonisent le nord (Ecosse, Islande, Groenland, Amérique par le labrador), les Suèdois l'Est (ils traversent la Russie par ses fleuves du nord au sud, jusqu'à la Mer Noire et Constantinople). La pratique des voies maritimes et fluviales s'accompagnent d'un commerce intense.


(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/vikingscarte.jpg)
Expéditions vikings en Europe et installations au 8e, 9e et 10e siècles



Les Etats stables et organisés d'Europe ont du mal à contrer la tactique militaire employée par les hommes du nord, et le principe des "marches" de protection de l'empire qu'avait institué Charlemagne n'est plus adapté.

Les navires Vikings n'ont pas besoin d'un port pour débarquer. Les guerriers attaquent, pillent, puis repartent avant que la contre-offensive puisse les atteindre. Leurs bateaux sont capables de remonter les fleuves pour attaquer des villes à l'intérieur des terres : Paris, Bordeaux, Toulouse, et même Clermont-Ferrand subiront des raids.

(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/vikings1.jpg)



Cette situation accélérera l'adoption du système féodal en Europe : les population se mettent sous la protection d'un seigneur local dont les hommes d'armes sont apte à réagir rapidement contre les raids.

Bien que les Vikings aient laissé un souvenir de brutes sanguinaires (ce qu'ils étaient sans doute, mais dans une époque violente), leur mode de vie suggère une grande capacité d'organisation : plan d'urbanisme, organisation rigoureuse des forteresses, et bonne administration des Etats ou des colonies qu'ils fondent.

Les hommes sont enterrés avec leurs nombreuses armes, ou avec leurs ustensiles (en particuliers les forgerons, un métier dont sont issus de nombreux chefs). L'archéologie a rarement retrouvé des casques (en particulier le casque à cornes qui leur a été attribué plus tard) ou des cottes de mailles dans les tombes, mais souvent des boucliers ronds avec une protection centrale pour la main, des grandes haches, des arcs et des épées droites. Les vaisseaux de guerre (drakkar) sont propulsés à voile ou à rame.

(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/drakkar01.jpg)



Car après la première période de pillage, les Vikings vont commencer à s'installer de différentes manières.

* En Angleterre, autour de York, ils achètent des terres que délaissent les paysans céréaliers anglais.
* En Irlande ils se mêlent à la population Celte.
* En Islande, ils sont les seuls habitants (les moines Irlandais déjà présents préfèreront laisser la place à ces païens) ainsi qu'au Groenland.
* En Amérique, ce sera l'échec et le massacre par les Indiens : la découverte tombera dans l'oubli pendant cinq siècles.
* Dans les plaines de l'Oural, les tribus Slaves (qui les nomment "Varègues") s'associent à eux pour organiser leur gouvernement : ils fondent l'empire de Kiev, qui deviendra la Russie.
* En Italie du Sud, ils fondent le royaume de Sicile avec la bénédiction papale (ils participeront aux croisades et à la prise d'Antioche)
* En France, le Roi passe un accord avec les Normands ("hommes du nord") et leur chef Rollon devient Duc de Normandie en échange de la protection des côtes.

L'installation des Vikings au milieu de leurs anciennes victimes fait cesser les pillages et les raids vers l'an 1000. La conversion des Vikings au christianisme a dévalorisé à leur yeux la violence et le pillage.

En Scandinavie, les seigneurs de guerre dispersés ont laissé la place à des Etats politiques constitués (Danemark, Norvège et Suède) qui ne permettent plus les "guerres privées" de jadis.

Au-delà de la terreur qu'ils ont semés pendant deux siècles, les Vikings ont dynamisé l'économie européenne (le commerce n'a jamais cessé et s'est même développé) en reliant les différents pays par la mer et les fleuves. Ils ont servis d'intermédiaires commerciaux entre musulmans et chrétiens. Ils ont découvert le Groenland et le nouveau monde cinq siècles avant Christophe Colomb.

(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/drakkar02.jpg)




Erik le Rouge et la conquête du Groenland

Le destin d'Erik le Rouge (ou le Roux) nous est connue par la Saga islandaise du même nom, transcrite au XIIIe siècle et conservée.

Érik le Rouge (Eirikr Thorvaldsson) est le fils de Thorvald, un Norvégien qui fuit son pays après y avoir commis un meurtre. Ils s'installent en Islande, où Thorvald meurt. Erik va a son tour être banni pour avoir tué deux hommes à la suite d'une querelle de voisinage. Selon la loi viking, à la suite du jugement, tout homme a le droit de tuer Erik s'il reste sur le sol islandais.

Condamné à trois ans de bannissement, Erik va les utiliser pour explorer de nouvelles terres que des marins disent avoir aperçu. Il découvre le Groenland et le baptise ainsi ("les terres vertes") afin d'inciter les colons à s'y installer.

De retour en Islande, il organise une expédition de colonisation : le voyage est périlleux et 11 des 25 vaisseaux qu'il a affrêté sombrent ou font demi-tour durant la traversée. Il faudra une volonté farouche des premiers habitants permanents du Groenland pour survivre dans des conditions très dures. La colonie d'Erik le Rouge atteindra pourtant 2000 membres.


(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/vinland.jpg)
Expéditions des enfants d'Erik le Rouge




Erik le Rouge meurt au Groenland autour de l'an 1000.

Ses enfants sont également célèbre par la saga : Leif découvre la Terre de Baffin et introduit le christianisme au Groenland, Thorvald meurt en combattant les indiens au Canada actuel (L'anse des Meadows), et la fille d'Erik le Rouge, Freydis Eiriksdøttir, conduira la quatrième expédition en Amérique où elle assassinera deux des hommes de l'expédition. Quelle famille…


(IMG:http://www.civfr.com/themes/imagesfaq/drakkar03.gif)




Sources : Les passages, la saga d'erik le rouge, Les Vikings, Les Normands, peuple d'Europe


--------------------
Lisez Jiddu Krishnamurti, et lisez ou regardez Francis Lucille. Bonne route :)
PMEmail PosterUsers Website
Top
0 utilisateur(s) sur ce sujet (0 invités et 0 utilisateurs anonymes)
0 membres :

Topic Options Pages : (2) [1] 2  Closed TopicStart new topicStart Poll

 

©2004 Skin IBF www.civfr.com par Lagalette

 
 

               Ce site est hébergé par IMINGO

MKPortal M1.1 Rc1 ©2003-2005 All rights reserved
Page affichée en 0.01826 secondes avec 4 requêtes